L’homéopathie à l’épreuve de la science

Par le Dr Corinne Bleyenheuft

Note de préambule

Avant d’entrer dans le vif du sujet, je souhaiterais donner au lecteur quelques éléments d’information à propos du cadre dans lequel le présent document a été rédigé.

Je suis médecin de formation, spécialisée en médecine physique et réadaptation. J’ai travaillé plusieurs années en milieu universitaire ainsi que dans le domaine de la santé publique, et ai plusieurs publications scientifiques à mon actif.

Des problèmes de santé personnels très invalidants m’ont amenée, après de nombreuses années de traitements allopathiques non concluants, à finalement consulter en homéopathie car je n’avais “plus rien à perdre”.

Les remarquables résultats obtenus m’ont conduite à m’inscrire dans une école d’homéopathie. J’ai eu par conséquent l’occasion d’observer les effets de l’homéopathie sur certains de mes patients, et également de me rendre compte de l’effet de ces traitements sur les animaux, car l’école accueille aussi bien des médecins que des vétérinaires.

Je me suis donc retrouvée dans une situation intellectuelle passablement inconfortable, car j’observais en moi et autour de moi des effets indéniables des traitements homéopathiques dans différentes situations pathologiques. Mais je ne trouvais aucun élément de réponse à propos du possible mode d’action de ces traitements dans les cours de médecine que j’avais suivis à l’université pour l’obtention de mon diplôme.

J’ai donc parcouru la littérature scientifique au cours de ces deux dernières années, dans le but de trouver une réponse à cette question. Le présent document n’est donc pas un avis d’expert, et ne peut certainement pas être considéré comme exhaustif. Il est rédigé en toute humilité par une étudiante en recherche d’un modèle permettant d’intégrer l’homéopathie dans ses connaissances académiques.

Voir la suite de l’article en pdf

Un commentaire

  • Madame et Chère Consoeur, le Dre Corinne Bleyenheuft,

    depuis plusieurs années je présente à des confrères et des étudiants s’intéressant à l’homéopathie votre résumé « L’homéopathie à l’épreuve de la science » que je trouve absolument remarquable et pour lequel je vous remercie chaleureusement, d’autant plus que vous y abordez aussi la recherche fondamentale et la physique quantique. (Je collabore avec l’ESRHU Ecole Suisse Romande d’Homéopathie Uniciste).
    Permettez-moi de vous rendre attentive à une erreur dans votre texte: Dans votre chapitre sur les méta-analyses et revues systématiques, à la page 6, 1er paragraphe, vous écrivez: « La seule étude en défaveur de l’homéopathie, celle de Shang et al.(13), réalisée par une équipe australienne . . . . . . »
    Shang a fait son travail à l’université de Berne en Suisse en 2005. Ses conclusions sont en effet non fiables, comme vous le précisez (voir les publications de Rutten, Stopper et Lüdtke (16) (17) (18) citées), mais ce n’est pas le sénat australien qui l’a discréditée (!)
    Ce n’est qu’en 2015 que les résultats de l’étude australienne ont été biaisés, puis publiés (vous n’en parlez pas dans votre aperçu), motivant ensuite l’intervention et le discrédit du sénat australien. D’ailleurs, depuis 2019, nous avons aussi à disposition le rapport intermédiaire australien de 2012 qui, lui, présentait des résultats favorables à l’homéopathie.
    Si vous lisez l’allemand, il existe une publication récente de Wisshom à ce sujet https://www.wisshom.de/homoeopathie-forschung-eine-aktuelle-uebersicht/ qui explique très bien et de manière concise les raisons « techniques » qui engendrent des résultats négatifs dans ces 2 études (Wisshom: « Was sagt die Wissenschaft? » p. 11 : Fazit Meta-Analyses von RCTs).
    Voilà, je ne sais pas si mes commentaires peuvent éventuellement vous être utiles. Je vous remercie de m’avoir suivi jusque là et vous adresse mes meilleures salutations . Bruno Ferroni

    Répondre

Répondre à Ferroni Bruno Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Homeobel est édité par la Société Royale Belge d'Homéopathie.

A propos de Homeobel:
Créé en 2000 par la Société Royale Belge d’Homéopathie pour promouvoir la pratique de l’homéopathie uniciste selon les principes de son fondateur : le Dr Samuel Hahnemann (1755-1843).


Société Royale d'Homéopathie:
Fondée en 1872, elle est à l’origine de l’Ecole Belge d’Homéopathie dont le but est de former les homéopathes. Responsable aussi de la publication trimestrielle de la Revue Belge d’Homéopathie.

Défilement vers le haut